Futures Mamans :
Ne transmettez pas vos métaux lourds à vos enfants !

Dans ma pratique de l’Oligoscan, j’ai pu constater qu’une maman transmet généralement (et ça n’est pas si surprenant), une partie de ses minéraux, oligo-éléments et métaux lourds, aux enfants qu’elle met au monde.

Une carence se retrouve souvent chez l’enfant (c’est peut-être une prédisposition à la carence qui est transmise, comme un défaut d’assimilation par exemple).

Une prédisposition à un Sélénium fortement dosé se transmet aussi fort bien. Je constate fréquemment que sur 3 générations, une forte dose de Sélénium est présente, ce qui se traduit par un âge apparent nettement inférieur à l’âge réel, (ce dont les intéressées se réjouissent bien évidemment, sauf quand elles ont 25 ans et qu’elles en paraissent à peine 20).

Il en est hélas de même pour certaines pollutions aux métaux lourds.

Là, je vais m’adresser aux jeunes femmes qui fument ou ont fumé (ou côtoyé des fumeurs), et qui envisagent d’avoir un ou plusieurs enfants.

Même si c’est indispensable, il ne suffira pas d’arrêter de fumer pendant la grossesse pour éviter que les enfants soient affectés.

Le tabagisme (même passif) n’affecte pas que les poumons. Je reconnais presqu’à coup sûr, qui a fumé et en quelles proportions, à partir du taux de cadmium trouvé dans les tissus d’une personne (il y a d’autres sources de pollution au cadmium, notamment les gaz d’échappement des véhicules, ou même des insecticides) que l’on cherche si la personne n’a pas fumé ni côtoyé de fumeurs.

Et ce cadmium fait partie de ces fameux « métaux lourds » que l’on stocke tout au long de notre vie, parce que le corps peine à les éliminer, sans l’aide de « chélateurs », peu présents dans notre alimentation traditionnelle.

Moralité, même si la maman ne fume plus ni ne côtoie de fumeurs depuis plusieurs années, le cadmium qui s’est accumulé est très probablement encore présent dans son corps.

Et il m’est arrivé de le retrouver chez de jeunes enfants, qui n’avaient pourtant pas été exposés à d’autres sources de pollution.

Mes constatations n’ont pas valeur de preuves scientifiques, mais j’invite quand-même les futures mamans qui  sont susceptibles d’avoir accumulé du cadmium, à s’en débarrasser au maximum, avant de concevoir leur(s) enfant(s), en appliquant le fameux « Principe de Précaution ».

L’action qui permet de diminuer les métaux lourds s’appelle une Chélation (prononcez Kélation).

Ça fonctionne bien, mais n’entreprenez pas une chélation si vous n’êtes pas bien informée sur cette technique. Faites-vous conseiller par un(e) naturopathe ou contactez-moi. Sous peu, je posterai un article « spécial chélation » sur ce site pour vous éviter de prendre des risques (abîmer le foie et/ou les reins) en ne suivant pas un protocole approprié à votre situation.