Cette affirmation, largement répandue par les différentes religions et de nombreuses écoles ésotériques, résume une réalité que les physiciens nous confirment :

Dans l’Univers, Tout est Énergie !

Ensuite, les avis divergent :

  • certains pensent que cette Énergie a une Conscience et que cette Conscience (Dieu) a créé et organisé l’Univers dans lequel nous évoluons.
  • d’autres estiment que cet Univers s’est construit au hasard  d’infinies combinaisons, par la sélection progressive des combinaisons viables, capables de subsister ou de se reproduire.

Nous n’entrerons pas ici dans ce passionnant débat, car les tenants de ces deux grandes théories, s’accordent pour reconnaître que le son (donc le verbe) est une énergie, et que tout mot est porteur d’une énergie, capable d’interagir avec les autres énergies présentes dans l’Univers (idem pour les pensées).

C’est cet aspect qui nous intéresse, parce que cela nous rend cocréateurs de notre vie.

Chaque mot que nous prononçons a un impact sur les évènements de notre vie (même s’il est seulement pensé).

Cet impact est en général faible, sauf si ce mot (ou pensée) est répété(e) fréquemment (il semble en particulier que, dans  » l’Univers des Possibles « , nous attirons à nous ce à quoi nous pensons le plus souvent).

Mais certaines personnes ont développé la capacité « d’énergétiser » les mots, c’est à dire de permettre aux mots prononcés, d’exprimer totalement la puissance énergétique de chaque mot.

J’ai eu la chance de rencontrer un tel Initié (Serge Marjollet) et mon vécu me permet d’attester la réalité de la différence considérable entre la version « normale » d’une prière ou d’un mantra et la version « énergétisée ».

Mais ne me croyez pas sur parole ! Expérimentez par vous même, si le sujet vous intéresse.

Vous pouvez par exemple visiter les liens suivants :

  • site consacré à l’œuvre d’Eileen Caddy (cocréatrice de Findhorn, considéré comme le premier éco-village du 20 ème siècle). Sur cette page vous pourrez expérimenter les deux versions d’un texte canalisé par Eileen Caddy.